La passion du longue distance...

18/08/2014

Au mental depuis l'Izoard...

posté à 20h20

L'EmbrunMan, une course magique et toujours aussi imprévisible !!!

 

Le froid aura eu raison de moi dès le début de l'ascension de l'Izoard et c'est au mental que je ferai le reste de la course jusqu'à la Finishline...

Et oui, bien se vêtir et s'alimenter en conséquence sont la clef quand il fait froid... Il faudra s'en rappeler ! 

 

Dès les premiers hectomètres du vélo, j'attaque la route des Puits énergiquement pour augmenter les pulses et ne pas me refroidir, et ce jusqu'au rond point des Orres (Baratier) où la foule s'est amassée (quelle ambiance !!!). Le vent est déjà présent, nous l'aurons tout au long du parcours. Je mange comme j'ai l'habitude et continue sur un bon tempo jusqu'au gorge du Guil où il convient de gérer pour se préparer aux prochaines grosses difficultés. Au pied réel du sommet (Arvieux), là très vite, je comprends que l'ascension de l'Izoard sera mon chemin de croix!!! Plus de jus dans la machine, les grands pignons rapidement à gauche, la fréquence cardiaque qui chute, les concurrents dépassés auparavant qui reviennent très vite.

L'analyse est déjà faite : " tu ne t'es pas alimenté en conséquence et tu as subi le froid ". Voilà mes pensées lorsque l'asphalte se dresse devant moi. La montée sera très longue... (je crois n'avoir jamais monté un col autant à la rue !!!). Au sommet (enfin), je mange, j'ai envie de stopper car je sais que sans énergie à 100 bornes de l'arrivée, çà va être très très compliqué et je papote avec les bénévoles. Et ils vous motivent et vous disent qu'à Briançon, çà reviendra après s'être bien alimenté. Je repars avec un grand merci à mes anges gardiens (sans eux, nous ne sommes pas grand chose) et débute la descente en grelottant de froid scotché dans chaque virage. Je n'arrive même pas à faire cette fichue descente...

Ouffff, Briançon est là, il fait bon, même si le vent est de plus en plus fort et de face. Les jambes et, je pense, l'envie reviennent. Je compte les kms et avance, avance... Personne devant, personne derrière, l'expérience et le mental seront ma seule arme dans les Vigneaux, ce diable de Pallon, les toboggans de St Andrée d'Embrun et les derniers kms de Chalvet.

 

A T2, au bluff : je sais que j'ai laissé du panache derrière moi, mais je pars comme si je pouvais encore descendre sous mon record et ces 11h06. Je compte chaque km et me motive à ne pas stopper ou marcher jusqu'au prochain ravito. Les amis et famille venus spécialement pour l'événement m'encouragent : un second souffle lorsque vous les croisez...

Le premier tour se termine dans la douleur, mais le mental acquis depuis l'Izoard est bien présent. Impossible d'accélérer, de retrouver ma foulée de Nice un mois et demi plus tôt, mais peu importe, je suis " programmé " pour finir. Le dernier tour de lac arrive, je lâche ENFIN les chevaux comme pour dire à la " Mythique " :  " Tu m'as eu cette fois-ci, mais la prochaine fois, ce sera autre chose... ". Mon jeune neveux m'attend à 200m de l'arrivée et me demande s'il peut m'accompagner.  Nous passerons la finishline ensemble... Il l'a bien mérité en m'encourageant durant toutes ces heures... Un plaisir partagé !!! 

 

Cette 5ème édition est la plus dure que j'ai pu entreprendre, mais aussi la plus belle car elle vous forge une armure qui me servira, je le pense, pour les prochaines aventures. Cette vieille dame qu'est l'EmbrunMan est imprévisible. Il faut la respecter pour parvenir à nos fins. Son arrivée se mérite toujours dans la douleur et ce, quelque soit les circonstances...


Les 4 autres vachettes, l'increvable Philippe, l'impressionnant Jean-Marie, et les 2 Newbies que sont Damien et Mathieu, sont venues à bout des difficultés de cette 31ème édition. 5 partants, 5 finishers, que demander de plus !!!

 

Un merci à notre Embrunais d'adoption, Flash, pour son sourire et ses conseils, à la famille qui a fait le détour (la petite voix toujours aussi efficace et persuasive, les pitchounes pour leurs encouragements, leur joie de vivre et ma mère pour sa patience dans le froid et le vent). Sans oublier les spectateurs et Embrunais pour leurs " Allez TOULOUSE " ou " Vive le Cassoulet !!!! ". Enfin, ma chérie par la pensée, bien sûr qui ne pouvait être présente ;D

On n'est pas grand chose sans vous TOUS !!!

 

 


Autre news:
16/08/2015 : Sur mes terres...
24/07/2014 : La Mythique...
24/07/2014 : Nice, compte rendu
28/06/2014 : D-Day J-1
15/06/2014 : J-14
27/01/2014 : En route vers Nice...
29/07/2013 : Come back
18/09/2012 : Half de Carca : comme à la maison...
17/07/2012 : Ciao Embrun...
03/06/2012 : Lanza 2012, The race...


» Consulter les archives

RSS